Peut-on considérer l’accord commercial Etats-Unies/Chine une fin de guerre ?

Intervention sur France 24 le 17 Janvier 2020 

de Madame Nada Chehab, 

Experte dans l’économie et la finance internationale et le lutte anti-blanchiment.

                                                               &

Présidente de l’association “Forum des Experts Libanais”.

Peut-on considérer l’accord commercial Etats-Unies / Chine une fin de guerre?

  • Je crois que c’est une étape de cesser le feu, afin que Trump bénéficie du coup médiatique de cette accord en attente des élections Américaines

L’accord est composé de 2 phases, la première phase concerne:

  1. L’achat pour 200 milliards de dollars de produits américains supplémentaires américains supplémentaires au cours des deux prochaines années.
  2. Le respect de la Propriété intellectuelle- Transfert de technologie

La deuxième phase débutera après les élections Américaines , elle attaque les points essentiels de la guerre commerciale entre les deux pays . Elle est plus difficile à réaliser selon les économistes. Nous pouvons considérer cet accord comme un coup médiatique dans sa première phase.

Si l’administration américaine soutient que c’est la Chine qui paie, une grande majorité d’économistes soulignent que ce sont les importateurs américains et peut-être bientôt les consommateurs qui font les frais de ces surtaxes.

Quelles conséquences sur l’Europe ?

L’Europe va être un dommage collatéral car les produits américains vont être prioritaires

La 2ème phase concerne:

Devises

  • Respecter les principes du Fonds monétaire international (FMI) visant à éviter la manipulation des taux de change
  • Les deux pays s’abstiendront aussi de réduire de manière compétitive la valeur de leurs devises.

Mécanisme de règlement des différends

  • Une entreprise américaine ayant des activités en Chine puisse déposer un recours directement aux Etats-Unis.

Droits de douane

  • Les droits de douane frappant plus de 370 milliards de dollars de produits chinois seraient maintenus tant que la phase 2 de l’accord ne serait pas signée.
  • La guerre commerciale ne sera terminée que lorsque toutes les taxes douanières auront disparu

 

Peut-on considérer l’accord commercial Etats-Unies/Chine une fin de guerre ?

Intervention sur France 24 le 17 Janvier 2020 

de Madame Nada Chehab, 

Experte dans l’économie et la finance internationale et le lutte anti-blanchiment.

                                                               &

Présidente de l’association “Forum des Experts Libanais”.

Peut-on considérer l’accord commercial Etats-Unies / Chine une fin de guerre?

  • Je crois que c’est une étape de cesser le feu, afin que Trump bénéficie du coup médiatique de cette accord en attente des élections Américaines

L’accord est composé de 2 phases, la première phase concerne:

  1. L’achat pour 200 milliards de dollars de produits américains supplémentaires américains supplémentaires au cours des deux prochaines années.
  2. Le respect de la Propriété intellectuelle- Transfert de technologie

La deuxième phase débutera après les élections Américaines , elle attaque les points essentiels de la guerre commerciale entre les deux pays . Elle est plus difficile à réaliser selon les économistes. Nous pouvons considérer cet accord comme un coup médiatique dans sa première phase.

Si l’administration américaine soutient que c’est la Chine qui paie, une grande majorité d’économistes soulignent que ce sont les importateurs américains et peut-être bientôt les consommateurs qui font les frais de ces surtaxes.

Quelles conséquences sur l’Europe ?

L’Europe va être un dommage collatéral car les produits américains vont être prioritaires

La 2ème phase concerne:

Devises

  • Respecter les principes du Fonds monétaire international (FMI) visant à éviter la manipulation des taux de change
  • Les deux pays s’abstiendront aussi de réduire de manière compétitive la valeur de leurs devises.

Mécanisme de règlement des différends

  • Une entreprise américaine ayant des activités en Chine puisse déposer un recours directement aux Etats-Unis.

Droits de douane

  • Les droits de douane frappant plus de 370 milliards de dollars de produits chinois seraient maintenus tant que la phase 2 de l’accord ne serait pas signée.
  • La guerre commerciale ne sera terminée que lorsque toutes les taxes douanières auront disparu

 

Sondage solutions proposées pour rétablir la confiance dans l’économie et le secteur financier au Liban , lors du colloque du 28 Janvier 2020 à l’Assemblée Nationale

Chers (es) Amis (es),

C’est dommage que nous n’avons pas pu vous avoir avec nous le 28 Janvier, j’espère qu’à travers ces informations, vous pourrez participer au sondage sur les solutions proposées lors du colloque organisé avec le soutien du Groupe d’amitié France-Liban et de son Président Monsieur Loïc Kervran, sur le thème:

«  La crise économique et financière au Liban :

Quelles solutions pour rétablir la confiance ?

pour redonner confiance dans un pays qui souffre sous le poids d’une crise économique et financière.

Nous vous invitons à participer à ce sondage en cliquant sur le lien suivant:

Nous serons avec vous en Mars 2020 pour vous communiquer les résultats de notre sondage et réfléchir avec vous sur le next step.

Nous vous invitons à nous rejoindre et à manifester votre intérêt pour notre action au service des relations économiques entre la France , le Liban et les libanais à l’étranger . Nous avons besoin de vous pour poursuivre notre action de façon déterminée.

Rejoignez nous sur LinkedIn Linkedin Group 

Pour Vous & avec Vous

Forum des Experts Libanais

Présidente

Phone: +336 88 36 23 53

Mail: nada.chehab@forumexpertslibanais.com

LinkedIn Linkedin Group 

 

Communiqué Pierre Duquesne

Le Colloque a unit des hommes et des femmes à l’expertise reconnue dans leur domaine . Monsieur l’Ambassadeur  Pierre Duquesne, Délégué interministériel à la Méditerranée, chargé de la conférence CEDRE (Conférence Economique pour le Développement par les Réformes et avec les Entreprises)  a participé à la première table ronde dédiée à l’importance des sujets de bonne gouvernance, compliance et transparence dans une logique de performance durable. Il a notamment présenté les trois piliers sur lesquels repose la CEDRE (projets, réformes, financements) et a indiqué que, si la CEDRE était toujours valable, « la mise en œuvre des mesures et des projets qu’elle contenait étaient plus urgentes que jamais ». Il a également souligné que la demande de réformes de l’opinion publique libanaise était exactement identique à celle de la communauté internationale.

Mot de son excellence Monsieur Rami Adwan , Ambassadeur du Liban en France à l’Assemblée Nationale lors du colloque du 28 Janvier 2020 organisé par le Forum des Experts Libanais

Mot de son excellence Monsieur Rami Adwan

Ambassadeur du Liban en France

Biographie de nos intervenants “Madame Nada CHEHAB”

FORUM DES EXPERTS LIBANAIS

Mme. Nada CHEHAB

Adviser for Board of Director for Management of Risks for International business –Experte des opérations financières internationales, conformité- lutte anti-blanchiment

 

30 ans d’expérience dans le domaine bancaire et du commerce international en Europe et au Moyen-Orient

Nada Chehab

 Fondatrice & Dirigeante de NCC-New Concept of Consulting : un Service de Conseil  crée en 2013  pour transmettre aux Banques, Multinationales, PME, PMI sa méthode personnelle unique et avérée « TFC » basée sur un engagement de résultat pour assurer la réussite et la maitrise des risques à l’international.

Fondatrice & Président du Forum des Experts Libanais

Association à but non lucratif dont la mission est de développer les relations économiques et les échanges d’expérience entre la France et le monde libanais.

Le Forum des Experts Libanais a été créé en 2012.

Après avoir géré et sécurisé les risques à l’international  dans les banques et les multinationales depuis plus de 30 ans, elle a constaté  que la Compliance doit être associée  à  la Gestion des Risques à l’International. C’est ainsi qu’en 2018, elle a obtenu un diplôme complémentaire de Compliance Officer et développé sa méthode TFC pour inclure 3 dimensions :

  • Compliance
  • Trade
  • Finance

NCC accompagne les entreprises pour une certification ISO37001 afin de faciliter les relations des entreprises à l’international.

Mme Nada Chehab occupé plusieurs postes à responsabilité au sein de banques libanaises, françaises, européennes et étrangères au Liban et en France. Elle a également travaillé dans des multinationales du CAC40  .

 Dans une volonté de transmission, elle a également une activité d’enseignement en école de commerce au niveau Master. Pendant les derniers scolaires, elle a rédigé et animé des cours sur les sujets suivants : Compliance & Risk Prevention, Export Finance.

 

 

 

 

La presse en parle !

Réformes : les Libanais et la communauté internationale demandent la même chose, estime Pierre Duquesne

Pierre Duquesne lors de son intervention, hier, dans le cadre du colloque organisé à Paris par le Forum des experts libanais. Photo A.I. Pierre Duquesne lors de son intervention, hier, dans le cadre du colloque organisé à Paris par le Forum des experts libanais.
COLLOQUE

Le diplomate français chargé par le président Emmanuel Macron du suivi du processus de la conférence de Paris d’avril 2018 (CEDRE), Pierre Duquesne, a souligné hier que ce que demande « l’opinion publique libanaise » en termes de réformes est exactement « identique à ce que demande la communauté internationale ». Le diplomate s’exprimait lors d’un colloque organisé à l’Assemblée nationale, à Paris, par le Forum des experts libanais et intitulé « La crise économique et financière au Liban : quelles solutions pour rétablir la confiance. » Un colloque auquel ont également participé, entre autres, Jean Riachi, PDG de FFA Private Bank, et Riad Obegi, PDG de la banque BEMO.

Pierre Duquesne a ainsi établi un parallèle entre les engagements pris par le Liban lors de la conférence de Paris, notamment l’assainissement des finances publiques ou le renforcement de la lutte contre la corruption et l’évasion fiscale, et les revendications des manifestants qui contestent depuis le 17 octobre la légitimité des dirigeants politiques actuels. Or ces derniers ont pour l’instant échoué à mettre en œuvre ces réformes en contrepartie desquelles les donateurs présents lors de la conférence ont prévu de débloquer plus de 11 milliards de dollars de prêts et dons devant financer la réhabilitation des infrastructures du pays, dont la dette publique flirte avec la barre des 90 milliards de dollars, soit 150 % du PIB en moyenne, l’un des pires ratio du monde.

Des mesures « qui ne coûtent rien »
Le diplomate a en outre souligné que les exigences des membres du Groupe international de soutien au Liban (qui comprend plusieurs pays et organisations internationales) en matière de réforme étaient toujours d’actualité et que « la mise en œuvre des mesures et de projets du programme CEDRE étaient plus urgentes que jamais ». Il a ensuite cité les mesures « sur lesquelles tout le monde est d’accord et qui ne coûtent rien », à savoir l’amélioration de la gouvernance du pays à travers la formation d’un gouvernement « efficace et crédible », ou encore la mise en œuvre du principe de « distanciation » vis-à-vis des conflits régionaux (une référence aux interventions du Hezbollah en Syrie, en marge du conflit qui a éclaté dans ce pays en 2011). Pierre Duquesne a également rappelé la nécessité de « raisonner en termes de programme » en ce qui concerne le choix et la mise en œuvre des réformes et des mesures « de bonne gestion financière », préconisant la création d’un « compte unique du Trésor public » pour renforcer la transparence dans la gestion des comptes. Il s’est néanmoins refusé à commenter le contenu du budget pour 2020 adopté lundi (une fois n’est pas coutume dans le délai prévu pour la Constitution, une première depuis des années).

Le diplomate a enfin insisté sur la nécessité d’activer l’ensemble des autorités de régulation – notamment celle de l’énergie – instituées par la loi libanaise mais qui sont inopérantes faute d’accord politique sur la désignation de leurs membres.Le Forum des experts libanais est une association professionnelle qui se définit comme « apolitique et aconfessionnelle ». Fondée en 2011, elle regroupe plus de 400 membres, principalement des dirigeants d’entreprises venus du Liban.

Biographie de nos intervenants “Me. Georges Hyam MALLAT”

FORUM DES EXPERTS LIBANAIS

 

 

Me. Georges Hyam MALLAT

Associé chez Hyam G. Mallat Law Firm

j

Me Georges Mallat est avocat à la Cour, membre au Barreau de Beyrouth.

Il est associé de l’Étude Hyam G. Mallat Law Firm depuis 1997 où il a représenté les clients de l’Étude et y a élargi sa franchise. L’Étude continue une tradition de cinq générations dans le domaine juridique et fournit ses services à des personnes, familles et établissements locaux, régionaux et internationaux, dont des fonds d’investissements et des multinationales. L’Étude a notamment conseillé des organisations internationales telles la Banque Mondiale, l’IFC, l’Union Européenne et le Bureau International du Travail (BIT) concernant les réformes envisageables au niveau du droit des sociétés, des investissements étrangers, du droit de la faillite, du droit de l’environnement et du droit du travail et de la sécurité sociale au Liban.

Auteur de plusieurs articles et interviews sur les stations radio, il est intervenu dans nombre de conférences au Liban et en France.

Il détient une licence en droit public et un LL.M en droit des affaires de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, un B.S. en Business Management de la ‘Lebanese American University’, un diplôme en Droit et Informatique de Montpellier I, un diplôme en Droit de l’Environnement de l’Université de Limoges et un diplôme en ‘US laws and International Business’ de l’Université George Washington.