Un plan d’aide pour les étudiants en France

Nada Chehab, fondatrice et présidente du Forum des experts libanais. Crédit : Christian Jacquet

Résidant dans diverses villes françaises, plus de cinquante étudiants libanais — dont la plupart sont en master 1 et 2, toutes disciplines confondues — bénéficient du plan d’aide établi par le Forum des experts libanais, association apolitique et aconfessionnelle, basée en France. Ce programme a pour objectif de répondre à la situation de ces jeunes qui a commencé à se dégrader, bien avant le début de la pandémie. « Ils sont à la fois touchés par la crise sociale au Liban et par la crise sanitaire dans le monde, et particulièrement en France. La plupart de ces étudiants ne pourront pas retourner au Liban pendant les vacances d’été et seront donc contraints de garder leur logement étudiant, impliquant ainsi des frais supplémentaires. L’association du Forum des experts libanais a voulu créer une synergie afin que ces étudiants trouvent un espoir dans l’avenir », explique Nada Chehab, fondatrice et présidente du Forum des experts libanais.

Ce programme de soutien a été réfléchi d’une façon à proposer des mesures efficaces qui correspondent aux différents obstacles vécus par ces étudiants. « Nous essayons de répondre à toutes les demandes, mais comme nos moyens sont limités, nous lançons des appels à dons et nous faisons de notre mieux pour les aider selon leurs besoins urgents », poursuit Mme Chehab. Ainsi, selon cette dernière, la dévaluation de la livre libanaise empêche les parents de classe moyenne de subvenir aux besoins de leurs enfants. Il est aussi difficile, voire impossible, de payer ses études en France avec l’argent qui a été épargné à cet effet. « Les étudiants libanais n’osent pas demander de l’aide financière, ils sont très réticents », ajoute la présidente de l’association, d’autant plus qu’il leur est désormais pénible de trouver un stage, une alternance ou un emploi, vu la crise économique en France et dans le monde.

Avec la collaboration de ses partenaires et membres, l’association œuvre sur divers axes afin de soutenir ces jeunes. Ainsi, grâce à son réseau, l’association cherche à créer des opportunités de stage ou de travail aux étudiants. Al-Wadi al-Akhdar, partenaire du programme, recevra trois étudiants pour un stage payé de trois mois, alors que le partenaire NCC – New Concept of Consulting –, un service de conseil aux entreprises, mis en place par Mme Chehab, organisera des formations destinées aux étudiants, leur effectuera un bilan des compétences, et les mettra en relation avec des entreprises. De même, Expert Alliance, un cabinet français de chasseurs de management de transition, chasseurs de tête et de recrutement, aidera les étudiants à mettre en valeur leurs compétences et leur profil.

En parallèle, le Forum des experts libanais organise des séances d’accompagnement psychologique et de coaching sur mesure, prodiguées par des coachs certifiés. Il coordonne également « entre les différents organismes, mairies et associations, afin de mettre les étudiants au courant de leurs droits et des aides financières et alimentaires qu’ils peuvent recevoir », souligne Mme Chehab.

Sur le plan financier, en plus des 200 euros par mois comme aide au logement et des 50 euros comme aide alimentaire, alloués aux plus démunis, al-Wadi al-Akhdar livrera aux étudiants des produits de sa marque, à partir du mois d’août, pour une durée de quatre mois.

Cependant, vu les moyens financiers limités de l’association, Nada Chehab souhaite pouvoir maintenir sa mission jusqu’à l’automne, espérant d’ici là que « l’économie française soit plus stable et que les stages et les emplois plus accessibles aux étudiants et diplômés libanais ».

 

 

 

 

https://www.lorientlejour.com/article/1223663/un-plan-daide-pour-les-etudiants-en-france.html?fbclid=IwAR3Liec8r8PbEupWDo7SZr_DstSMuoGJUVvPfRF759krItSz10ilH_HJOKY

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.